Advertisements

Des chercheurs ont découvert un interrupteur qui permet de contrôler la croissance des télomères, les garde-temps de nos cellules. Appuyer sur l’interrupteur pourrait désactiver le vieillissement des cellules et encourager celles qui sont saines à continuer de se régénérer tout au long de la vie d’une personne. Cette étude a été publiée dans Genes and Development la semaine dernière. Les cellules se divisent pour reconstituer en permanence notre peau, notre foie, nos poumons et tous nos autres organes tout au long de notre vie. Or, la plupart de nos cellules ne peuvent pas se diviser indéfiniment. À chaque division de cellules, les télomères raccourcissent. Ces petits bouchons aux extrémités des chromosomes affectent la rapidité avec laquelle nos cellules vieillissent. Or, quand ils deviennent trop courts, les cellules arrêtent de se diviser. Mais, qu’est-ce que cela peut réellement changer? Des travaux récents suggèrent que la longueur des télomères est associée à des maladies humaines et, du même coup, à la durée de vie. Certaines de nos cellules, cependant, produisent une enzyme appelée télomérase. Cette enzyme a pour but de reconstruire les télomères. Voilà que Timothy Tucey et Victoria Lundblad du Salk Institute révèlent que la télomérase peut être désactivée. Cette découverte signifie que nous pourrions un jour désactiver sélectivement les cellules vieillissantes et ralentir le processus de raccourcissement des télomères! Tout ce processus assurerait la poursuite de la régénération des tissus, même à un âge avancé. C’est au cours d’un processus complexe que le duo a examiné la croissance et la division cellulaire dans un organisme unicellulaire, la levure Saccharomyces cerevisiae. De plus, sachant que les cellules cancéreuses reposent sur des niveaux élevés de télomérase pour se développer, les chercheurs pensent qu’en désactivant la télomérase de certaines cellules, nous pourrions limiter le développement des cancers chez l’humain. N’est-ce pas incroyable la science?

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *