Contrairement à ce que vous pourriez penser, l’alcool n’est définitivement pas l’ingrédient le plus dangereux contenu dans vos cocktails estivaux! Lorsque le soleil plombe et que la peau de vos mains est à découvert, ce sont plutôt les agrumes (et leur jus) qui représentent la menace la plus directe à votre santé.

Amateurs de cocktails et de bains et de soleil, connaissez-vous la phytophotodermatitis? Aussi appelée « Margarita Burn », cette étrange maladie estivale n’est pas à prendre à la légère. Chaque année, les centaines de vacanciers nord-américains qui en sont victimes souffrent de graves brûlures chimiques sur leur main ou sur leur bras. Généralement, la phytophotodermatitis est déclenchée par deux facteurs en apparence inoffensifs : le jus de lime (ou de citron) et les rayons du soleil.

 

Comment expliquer ce phénomène?

La lime contient de très grandes concentrations de psoralène, une substance dite photosensibilisante, c’est-à-dire qui rend la peau totalement vulnérable aux rayons UV émis par le soleil. La présence de jus de lime sur votre peau, accompagnée d’une exposition forte ou modérée au soleil, peut donc facilement vous brûler jusqu’au deuxième degré. À vrai dire, le jus de cet agrume multiplierait par 10 la sensibilité de votre peau au soleil. À ce stade, même la crème solaire ne peut rien faire pour vous!

Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’avoir manipulé de la lime pendant des heures pour souffrir de la « Margarita Burn ». Si le jus d’un quartier se retrouve sur votre peau assez longtemps pour que cette dernière s’en imprègne, vous êtes fortement à risque de brûlure. Selon les recherches les plus récentes, il faudrait moins d’une heure au jus de lime pour pénétrer la peau. Si vous ne lavez pas rigoureusement les aires de votre corps ayant touché à l’agrume d’ici là, vous serez ultrasensible à la lumière pour 24 heures consécutives.

L’exemple de Justin Fehntrich

Lors d’un événement caritatif en plein mois de juin, le mixologue Justin Fehntrich a pressé et coupé pas moins de 100 limes. Malheureusement pour le jeune homme, le soleil a plombé  directement sur ses mains toute la journée. Résultats : l’homme a dû être hospitalisé suite à l’apparition rapide de brûlures au deuxième degré sur ses mains.

Malheureusement pour Fehntrich, il ignorait tout à ce moment des phytophotodermatitis. Certes, le mixologue aurait pu éviter ce douloureux problème de santé simplement en utilisant du jus de lime en bouteille, ou en se lavant les mains moins de 20 minutes après avoir manipulé l’agrume. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *