Advertisements

Un mycologue de premier plan a découvert un moyen de repousser les insectes des cultures sans avoir besoin de pesticides chimiques. On les appelle des pesticides intelligents. Ces pesticides fournissent une solution sûre et quasi permanente pour contrôler plus de 200 000 espèces d’insectes, et tout cela grâce à la magie d’un champignon entomopathogène qui détruit les insectes.

Pourquoi utiliser des pesticides chimiques pour protéger nos champs alors que nous pourrions laisser la nature faire tranquillement son travail ? C’est en 2006 que Paul Stamets, un mycologue mondialement connu, brevette l’une de ses découvertes qui pourrait bien faire vaciller les géants des pesticides. Une trouvaille exceptionnelle, mais qui dérange beaucoup l’industrie des biotechnologies agricoles et il y a de quoi. En effet, Stamets s’est intéressé de près à un champignon entomopathogène, un champignon parasite d’insectes ou d’autres arthropodes, entraînant leur mort. Le cycle biologique des champignons entomopathogènes diffèrent légèrement selon les groupes taxonomiques, mais il comprend toujours une phase parasitaire (de l’infection de l’hôte jusqu’à la mort de ce dernier) et une phase saprophyte (après la mort de l’insecte-hôte). La survie de ces champignons, et leur reproduction, est dépendante de l’infection d’insectes-hôtes et entraîne invariablement la mort de ceux-ci. Le champignon se développe donc dans l’insecte en se nourrissant de ses organes. Une fois l’insecte mort, le champignon termine le destruction du cadavre et entre dans une phase de production de spores, structure semblable un des grains de pollen qui, par contact ou dispersion éolienne, peut contaminer d’autres insectes et ainsi propager l’espèce. La dispersion des spores entraîne donc une propagation du contaminant pour détruire les insectes. Une lutte biologique pour protéger les cultures, mais à laquelle peu de personnes ont pourtant prêté attention. Important de noter que ces champignons sont totalement inoffensifs pour les humains et ne s’attaquent qu’aux insectes ou autres arthropodes. Les images ci-dessous présentent différents insectes contaminés par un champignon entomopathogène.

Selon les dirigeants de l’industrie des pesticides, ce brevet représente « la technologie la plus perturbatrice jamais vue. » et quand les dirigeants disent perturbatrice, c’est qu’elle dérange l’industrie des pesticides chimiques et donc leur porte-feuille. Monsanto, par exemple, génère près de 16 milliards de dollars de chiffres d’affaires par an. Imaginez donc si ces gros champignons envahissaient nos champs et nos cultures, que leur resterait-il ? Si ce brevet atteignait une exposition de masse, il pourrait révolutionner la façon dont les humains cultivent leurs champs. En France, des essais à petite échelle pour se débarrasser d’un insecte s’attaquant aux arbres sont présentés dans la vidéo suivante.

Paul Stamets pense que les champignons pourraient devenir la clé d’un changement radical dans plusieurs domaines. Outre la suppression des pesticides, le mycologue croit aux vertus du champignon pour la médecine, la foresterie et même le contrôle de la pollution. Il a passé les 25 dernières années de sa vie à prêcher cette bonne parole à qui veut bien l’entendre, mais se heurte aux géants de tous ses domaines qui s’efforcent d’enterrer ses découvertes. Découvrez le tout dans une conférence présentée ci-dessous.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *