Advertisements

Nous savons tous qu’une bonne poignée de main peut vous aider lors d’une entrevue pour un emploi. Par contre, les employeurs potentiels ne sont pas les seuls qui pourraient s’intéresser à la fermeté de votre poignée de main dans un avenir assez rapproché. En effet, les médecins pourraient bientôt s’en servir lors de votre examen annuel. Lors d’une étude internationale impliquant 140 000 adultes de 17 pays différents, le cardiologue Darryl Leong de l’Université McMaster au Canada, auteur principal de l’étude, a associé une faible force de préhension à un risque accru de crise cardiaque et d’AVC, de même qu’un temps de survie plus court lors d’un diagnostic de maladie grave. L’étude a également constaté que la force de préhension est un meilleur indice de mort que la pression artérielle, menant l’équipe à suggérer qu’il pourrait être un bon outil de dépistage pour les médecins. « La force de préhension pourrait être un test facile et peu coûteux pour évaluer le risque de décès et de maladie cardiovasculaire d’un individu », affirme Leong. L’étude, publiée dans The Lancet, a suivi des adultes âgés de 35 à 70 ans, d’origines culturelles et économiques différentes, pendant une période de 4 ans. La puissance de leur poignée de main a été évaluée en utilisant une machine connue sous le nom de dynamomètre de préhension, qui mesure la force de la pression exercée en kilogrammes. « Une force musculaire réduite, qui peut être mesurée par la force de préhension, a toujours été associée à une mort précoce, un handicap ou une maladie», dit Leong. « Mais jusqu’à présent, les informations sur la valeur pronostique de la force de préhension étaient limitées ». L’étude a révélé qu’un risque de 17 pour cent supplémentaire d’un décès par maladies cardiovasculaires ou non (exemple du cancer) est associé à chaque 5 kilogrammes qu’une personne perd en force de préhension. « Ceci suggère que la force musculaire peut prédire le risque de décès chez les personnes qui développent une maladie grave « , déclare Leong. De plus, chaque tranche de 5 kg de force perdue signifie aussi un risque haussé de 7 pour cent d’avoir une crise cardiaque et de 16 pour cent de décès, toutes autres causes confondues. Même en tenant compte de l’âge, du niveau d’éducation, du type d’emploi, du niveau d’activité physique, et de la consommation d’alcool et de tabac, l’augmentation du risque associé demeure significative. Les maladies cardiaques tuant plus de 17 millions de personnes chaque année, un outil de diagnostic peu coûteux, non-invasif et rapide s’avère des plus intéressants, surtout dans les régions où l’équipement médical est limité.  Pour Leong et son équipe, la prochaine étape consiste à déterminer si  l’amélioration de la force musculaire, suite un entrainement par exemple, peut réduire leur risque de mourir d’une maladie, d’un infarctus ou d’un AVC. Vous pourriez même faire votre propre test à la maison, avec un dynamomètre de préhension comme celui ci-dessous.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *