Advertisements

Vous avez probablement entendu parler du film américain L’étrange histoire de Benjamin Button où un homme naît vieux et rajeunit à mesure que le temps passe. Biologiquement parlant, ce processus nous apparaît impossible. Il est évident que le temps qui passe altère nos cellules, nos organes et le fonctionnement de notre corps. Fatigue, maladie, incapacité et même la mort sont les seules issues possibles du que nous offrent le temps. Détrompez-vous, certaines espèces vivantes ne vieillissent pas et peuvent même « rajeunir ». Par exemple, l’hétérocéphale, ou rat-taupe nu (Heterocephalus glaber), contrairement à ses proches bien poilus les tamias et les capybaras, ne semble pas souffrir du vieillissement. En effet, les hétérocéphales ne semblent pas souffrir de la plupart des principaux symptômes de la vieillesse : faiblesse, sensibilité à la maladie, et l’incapacité de produire un grand nombre descendance saine. Étonnamment, les hétérocéphales âgés ne sont pas plus susceptibles de mourir de vieillesse que les jeunes adultes. Bien que l’hétérocéphale demeure le plus … charismatiques du groupe, il n’est pas le seul à échapper au vieillissement : les sébastes (poisson), les homards, et les pins à cônes épineux semblent aussi posséder le secret de la fontaine de Jouvence. Alors, quel est ce secret? Personne ne sait vraiment, mais les scientifiques pensent qu’il pourrait avoir quelque chose à voir avec la capacité de ces espèces à repousser l’usure des télomères sur les extrémités de leurs chromosomes. Les télomères sont effectivement des structures qui ont été liés à de nombreuses études sur le processus de vieillissement. En effet, chez de nombreuses espèces, à chaque fois que les cellules se divisent, elles perdent un peu de l’ADN de leurs télomères. Quand vous êtes jeunes, cela n’a pas vraiment d’importance car l’extrémité des chromosomes que vous perdez est de l’ADN résiduel. Par contre, en vieillissant, vos pertes D’ADN commencent à devenir importantes. La différence entre les humains et les hétérocéphales est que ces derniers ont la capacité de produire des niveaux élevés d’enzymes qui assurent la reconstruction des télomères. Pourrions-nous reproduire ce processus chez l’humain? Peut-être éventuellement, mais cela nous amènerait-il vraiment l’immortalité? Tout d’abord, il ne faut pas oublier que la division incontrôlée des cellules entraine chez l’humain la formation de cancer. Par contre, chez l’hétérocéphale, ce n’est pas un problème car celui-ci semble à l’abri de toutes formes de cancer. Découvrez dans l’animation ci-dessous tout le processus cité plus haut. Vous trouvez la performance de l’hétérocéphale impressionnante? Imaginez maintenant qu’un organisme se sentant vieillir ou menacé puisse rajeunir, retomber physiquement en enfance. C’est ce que peuvent accomplir certaines méduses. En effet, elle peuvent retourner dans un stade de leur développement antérieur si elles sentent que les conditions environnantes ne sont pas favorables à leur développement actuel. Découvrez d’autres animaux presque « invincibles » en consultant l’article suivant : 10 créatures presque invincibles.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *