Le dépistage de l’Alzheimer est un exercice complexe, requérant des outils à la fine pointe de la technologie. À l’heure actuelle, il est presque impossible de déterminer si une personne est légèrement atteinte ou potentiellement à risque face à cette maladie neurodégénérative sans la soumettre au préalable à une imagerie par résonance magnétique. Fort heureusement, cette règle est peut-être en voie de changer! En effet, une équipe de recherche menée par les neurologistes Erica Camargo Faye et Galit Weinstein aurait découvert deux indices permettant de repérer rapidement les patients prédisposés à souffrir de la maladie d’Alzheimer. Ces indices seraient les suivants : la vitesse de marche et la force de préhension.

Dans un article paru dans la revue Journal of Alzheimer’s Disease, Camargo Faye et Weinstein assurent qu’en mesurant la vitesse de marche d’un patient avec un simple podomètre ou qu’en mesurant la force de préhension d’un patient à l’aide d’un dynamomètre, leur équipe de recherche peut prédire quels patients sont les plus à risque de développer la maladie d’Alzheimer. La « poigne » d’un patient pourrait même prédire ses chances d’être victime d’un AVC.  

Pour en arriver à ces conclusions, Camargo Faye et Weinstein se sont fiés aux données récoltées auprès de plus de 2100 Américains en santé de 35 à 84 ans, entre 1999 et 2016. Après compilation de résultats, il semblerait qu’une baisse drastique de la force de préhension (une difficulté soudaine à ouvrir des pots par exemple) et de la vitesse de marche (une difficulté soudaine à se rendre rapidement d’un point A à un point B) fut observée chez presque tous les sujets ayant développé l’Alzheimer.

Plus intéressant encore, la recherche semble prouver que les individus faisant partie du 10% de la population ayant la plus faible force de préhension sont deux fois plus à risque de développer l’Alzheimer. L’équipe de Camargo Faye et Weinstein a également observé que les individus se déplaçant à moins d’un mètre par seconde ont 3 fois plus de chance de développer une maladie neurodégénérative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *