Une nouvelle étude scientifique de l’Université de Californie, indique que la performance et la santé des animaux utilisés dans la production de denrées alimentaires et qui consomment des aliments génétiquement modifiés, introduit il y a 18 ans, est comparable à celle des animaux consommant des aliments non-génétiquement modifiés. De plus, l’étude a également démontré que les études scientifiques n’ont détecté aucune différence dans la composition nutritionnelle de la viande, du lait ou d’autres produits alimentaires issus d’animaux qui ont mangé des aliments génétiquement modifiés. L’étude a été menée sur une trentaine d’années, incluant une période pré-OGM, représentant plus de 100 milliards d’animaux. Les cultures génétiquement modifiées ont été introduites en 1996. Aujourd’hui, 19 espèces de plantes génétiquement modifiées sont approuvées pour une utilisation aux États-Unis, y compris les principales cultures largement utilisés dans l’alimentation animale: la luzerne, le colza, le maïs, le coton, le soja et la betterave à sucre. Les animaux producteurs de denrées alimentaires, tels que des vaches, des cochons, des chèvres, des poules et d’autres espèces de volailles consomment maintenant de 70 à 90 pour cent de toutes les cultures génétiquement modifiées, selon l’étude. Aux États-Unis seulement, 9 milliards d’animaux producteurs de denrées alimentaires sont produites chaque année, dont 95 pour cent d’entre eux consommant des aliments qui contiennent des ingrédients génétiquement modifiés. «Des études ont constamment montré que le lait, la viande et les œufs provenant d’animaux qui ont consommé des aliments génétiquement modifiés sont indiscernables des produits dérivés d’animaux nourris avec un régime « naturel », a déclaré la scientifique en tête de la recherche, Alison Van Eenennaam. « Par conséquent, proposer l’étiquetage des produits animaux en provenance de bétail et de volaille qui ont mangé des aliments génétiquement modifiés exigerait une ségrégation entre des produits qui au fond ne seraient pas différents les uns des autres. Maintenant qu’une deuxième génération de cultures génétiquement modifiées a été optimisée pour l’alimentation du bétail pointe à l’horizon, il est urgent d’harmoniser le cadre réglementaire international pour ces produits, dit-elle. « Pour éviter les perturbations du commerce international, il est essentiel que le processus d’approbation réglementaire pour les produits génétiquement modifiés soit établi dans les pays importateurs de ces aliments en même temps que des approbations réglementaires soient passées dans les pays qui sont de grands exportateurs d’aliments pour animaux, » affirmeVan Eenennaam. Quoique la taille de l’étude soit imposante, attendons d’autres études!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *