Advertisements

Une nouvelle étude montre que les délicats mouvements répétitifs des doigts sur les écrans tactiles (téléphones intelligents, tablettes électroniques) entrainent un changement dans la zone du traitement de l’information sensorielle du cerveau. Les résultats de l’étude, publiés le 23 décembre dernier dans la revue Current Biology suggèrent qu’une activité quotidienne comme l’usage des téléphones intelligents pourrait être utilisée par les scientifiques pour étudier la plasticité du cerveau. La plasticité est la capacité de modifier le fonctionnement de réseaux de neurones pour s’adapter aux changements dans le corps ou l’environnement. « Les téléphones intelligents nous offrent l’occasion de comprendre comment la vie normale façonne le cerveau des gens ordinaires », a déclaré le co-auteur Arko Ghosh, un neuroscientifique à l’Université de Zurich en Suisse. Toute la surface du corps est tracée dans une partie du cerveau appelée le cortex somatosensoriel, qui reçoit des signaux à partir de récepteurs sensoriels sur la peau et d’autres organes. Ainsi, par exemple, si vous touchez quelque chose avec votre doigt, ou si vous vous mordez la langue, une région spécifique du cortex qui correspond à ces endroits dans le corps recevra le signal. Mais ces zones peuvent s’adapter et devenir plus sensible quand une partie particulière du corps est utilisé fréquemment. Par exemple, violonistes montrent une plus grande activité dans le cortex somatosensoriel en réponse au toucher sur le petit doigt, par rapport aux personnes qui n’utilisent pas leurs petits doigts autant. Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont entrepris de déterminer si les personnes qui utilisent fréquemment leurs doigts pour travailler avec les téléphones intelligents subissent un changement dans le cortex somatosensoriel. Ils ont utilisé l’électroencéphalographie (EEG) pour mesurer l’activité électrique du cerveau en réponse au toucher sur le pouce, l’index et le bout des doigts centraux. Les résultats ont montré que les personnes qui ont utilisé les écrans tactiles ont une plus grande activité dans les zones du cerveau associées avec les doigts, par rapport à ceux qui utilisent des téléphones cellulaires à clavier. Fait intéressant, les chercheurs ont dit, ce changement dans le traitement de l’information sensorielle a été étroitement lié à la durée et à la fréquence à laquelle les gens utilisaient leurs doigts, en particulier leur bout du pouce. « Les mouvements répétitifs sur l’écran tactile a remodelé la zone du traitement sensoriel du cerveau associée à la main et la représentation du pouce a été mis à jour quotidiennement, en fonction de son utilisation» ont indiqué les chercheurs. En d’autres termes, le cerveau peut être continuellement façonné par l’utilisation de personnes de la technologie numérique.  

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *