Advertisements

Bien que des facteurs associés à l’hérédité et au style de vie puissent jouer un rôle important dans le développement de certains cancers, une nouvelle étude démontre que le hasard menant à une mutation chez les cellules souches est le plus grand facteur de risque dans 2/3 de tous les cancers en général. Le travail a été réalisé par Cristian Tomasetti et Bert Vogelstein  respectivement du Johns University School of Medicine Hopkins et du Johns Hopkins Kimmel Cancer Center. Le document a été publié dans Science. «Tous les cancers sont causés par une combinaison de malchance, de l’environnement et de l’hérédité. Nous avons donc créé un modèle permettant de quantifier comment ces trois facteurs contribuent au développement de différents types de cancer » a déclaré Vogelstein. «La longévité, sans cancer, des personnes exposées à des agents cancérigènes, tels que le tabac, est souvent attribué à leurs« bons gènes », mais la vérité est que la plupart d’entre eux avaient tout simplement bonne étoile. » Cette évolution a des implications assez importantes. L’amélioration de certains facteurs du style de vie tels que le poids, le tabagisme ou la consommation d’alcool peut certainement contribuer à la prévention de certains cancers spécifiques, tels que le cancer du poumon. Cependant, pour d’autres cancers qui sont plus susceptibles d’être influencés par des mutations cellulaires imprévisibles, les choix de vie risquent de ne pas faire autant de différence. Cela pourrait justifier la nécessité de poursuivre plus énergiquement les moyens d’identifier le cancer dans les premiers stades, quand il peut plus facilement être traité. Afin de déterminer comment des mutations aléatoires influencent le risque de développer un cancer, Tomasetti et Vogelstein ont trouvé une corrélation entre le nombre total de fois qu’une cellule souche se divise dans un tissu et la probabilité que le tissu va développer un cancer. Cela est probablement dû au fait que plus l’ADN se réplique souvent, lors des multiples divisions cellulaires, plus les chances sont grandes qu’il y aura une erreur de réplication et donc une mutation. Si la mutation n’est pas correctement corrigée, il restera dans la séquence d’ADN. Si elle se perpétue lors des divisions cellulaires subséquentes, elle peut conduire au cancer. C’est la première étude à examiner les chances de cet événement quantitativement. « Nous avons constaté que les types de cancer qui avaient un risque plus élevé que prévu par le nombre de divisions de cellules souches étaient précisément ceux que vous attendez, y compris le cancer du poumon lié au tabagisme, le cancer de la peau lié à l’exposition au soleil et les formes de cancers associés à des syndromes héréditaires », dit Vogelstein. Ainsi, l’étude ne dit pas que les facteurs associés au style de vie ne sont pas importants et ne devraient pas être une source de préoccupation dans la prévention du cancer. « Cette étude montre que vous augmentez vos chances de contracter des cancers en fumant ou en pratiquant certains mauvaises habitudes de vie. Cependant, de nombreuses formes de cancer sont dues en grande partie à la malchance de se retrouver avec une mutation dans un gène pouvant mener à un cancer, indépendamment des facteurs de style de vie et l’hérédité. La meilleure façon d’éradiquer ces cancers sera par la détection précoce, quand ils sont encore guérissable par la chirurgie « , conclut Vogelstein.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *