Advertisements

Vous êtes préoccupé par l’environnement et le réchauffement planétaire? Vous décidez alors de passer au vert en remplaçant votre voiture avide d’essence par une voiture électrique, qui n’émet aucun gaz à effet de serre. Votre intention est louable mais attention, la voiture électrique n’a pas l’effet souhaité pour tout le monde. Bien que la voiture électrique n’émette aucun gaz, la production d’électricité pour faire fonctionner celle-ci se fait-elle convenablement? En effet, après une étude faite à l’Université de Toronto et publiée dans la revue Nature Climate Change, un chercheur de l’Université de Toronto, Chris Kennedy, met en garde les habitants des provinces canadiennes de l’Alberta, la Saskatchewan et la Nouvelle-Écosse qui veulent protéger l’environnement.  Ces provinces génèrent une grande partie de leur électricité en brûlant du charbon. En consommant plus d’électricité en chargeant la batterie de votre voiture « verte », vous augmentez de manière significative les émissions de gaz carbonique. « Les voitures électriques de ces provinces génèrent donc plus de gaz carbonique au cours de leur cycle de vie que les voitures à essence », affirme Kennedy. L’équipe de Kennedy a réalisé son étude en comptabilisant et comparant les émissions de dioxyde de carbone générées par l’essence et les voitures électriques sur leur cycle de vie, en tenant compte de la source d’électricité utilisée pour recharger leurs batteries et comment l’essence utilisée pour alimenter une voiture conventionnelle. Les émissions de dioxyde de carbone pour la production d’électricité sont mesurées en tonnes de gaz émis par gigawattheure d’électricité (tonnes de gaz/GWh) produite. Ainsi, pour que la voiture électrique soit avantageuse face à la voiture à essence, il faut que la production d’électricité de la région génère moins de 600 tonnes de gaz/GWh. Dans certaines provinces canadiennes, l’utilisation de la voiture électrique réduit de façon spectaculaire les émissions de gaz carbonique.  La Colombie-Britannique, le Québec, le Manitoba et Terre-Neuve produisent tous leur électricité à moins de 20 tonnes de gaz/GWh. L’électricité produite à partir d’énergie renouvelable (vent, marée, soleil, etc.), le nucléaire et l’hydroélectricité ne produisent à peu près pas de gaz carbonique alors que les centrales au gaz naturel produisent environ 500-600 tonnes de gaz/GWh et celles au charbon, plus de 1 000 tonnes de gaz/GWh. En fin de compte, bien que l’étude puisse aider les consommateurs à prendre des décisions sur quelle voiture acheter, l’objectif principal de celle-ci vise les gouvernements de certaines provinces canadiennes et d’autres pays. Ils doivent prendre les moyens pour que les émissions moyennes descendent sous le seuil du 600 tonnes de gaz/GWh afin qu’ils puissent bénéficier de la technologie comme les voitures électriques. L’électrification sans émission est la stratégie la plus cruciale pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le monde entier.  

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *