Advertisements

Le projet « The Ocean Cleanup » a été mis en branle par un jeune homme de 19 ans en 2014. À cette époque, Boyan Slat,jeune Néerlandais, recherchait 2 millions d’euros (3,3 millions de dollars) pour financer son idée de grand nettoyage. C’est désormais chose faite, grâce au soutien de 38 000 donateurs anonymes. Le système, imaginé par Slat lui-même, est une sorte d’entonnoir géant qui piégera « naturellement » les déchets plastiques entraînés par les courants marins à la surface de l’océan. Un système ingénieux, peu coûteux et respectueux de l’écosystème marin. Une grande partie de la surface des océans est aujourd’hui polluée par les plastiques que nous jetons. Ces déchets, entraînés par les gyres océaniques (des sortes d’énormes tourbillons s’étendant sur plusieurs millions de km²), finissent par constituer d’immenses îles à la surface des océans appelées les continents de plastique. Il existe présentement 5 zones répertoriées, accumulant à elles seules 8 millions de tonnes de plastiques chaque année. Récemment, le jeune activiste a annoncé la première phase de son grand projet : l’expédition Mega. Celle-ci consiste à envoyer une cinquantaine de navires qui iront cartographier les zones où les plastiques flottent sur une surface de 3 500 000 km² entre Hawaï et la Californie. L’opération aura lieu au mois d’août 2015. Elle permettra ainsi de créer la première carte à haute résolution du plastique dans l’océan Pacifique. « Lorsque vous voulez nettoyer les océans, il est important de connaître la quantité de plastique qui s’y trouve, indique Boyan Slat. À l’heure actuelle, les estimations varient énormément en raison de la faible quantité de mesures qui ont été prises sur des périodes très longues. L’expédition Mega va nous permettre d’estimer précisément la quantité de plastique à l’intérieur de la Grande Plaque de Déchets du Pacifique. » « Cela nous permet de continuer à préparer la technologie de nettoyage passive pour notre premier pilote qui aura lieu dans la première moitié de l’année 2016, » ajoute-t-il.                                       D’après le jeune inventeur, le premier prototype d’entonnoir fera 2 km de long et sera déployé au large des côtes de Tsushima, une île située entre le Japon et la Corée du Sud. Les autorités de l’île récupéreraient ensuite le plastique recueilli pour lui donner une fonction utilitaire. Le premier déploiement au large du prototype est prévu ensuite pour fin 2017. Quant au grand nettoyage du Pacifique, il ne commencera que fin 2019. D’après le jeune concepteur, 100 km de ses entonnoirs placés stratégiquement suffiraient à filtrer 42% du plastique des océans en 10 ans. Tout ceci est louable, mais cela ne remplacera pas les actions essentielles qui doivent être prises par les politiques pour réduire notre consommation, et donc nos déchets, de plastiques. Découvrez tout le cheminement de son projet dans la vidéo ci-dessous

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *