Advertisements

Imaginée par l’architecte français Jacques Rougerie, la ville géante flottante de la Cité des Mériens serait conçue pour héberger des scientifiques pendant qu’ils effectuent des recherches sur l’océan environnant. Le centre de recherche futuriste s’étendrait sur 900 mètres par 500 mètres, et pourrait accueillir plus de 7 000 scientifiques et étudiants de partout dans le monde, en leur offrant un réseau de laboratoires, salles de classe, salles de conférence, quartiers d’habitation et des zones dédiées aux activités de loisirs et de sports , pour faciliter les projets de recherche à long terme.

« Compte tenu de la dimension et la taille de la communauté scientifique internationale, 7 000 personnes seraient réparties sur l’ensemble de la structure. J’ai conçu la Cité de Mériens sous la forme d’une raie manta parce qu’il s’agit du meilleur design pour accueillir une telle communauté en ce qui a trait au compromis possible entre les besoins d’espace et de stabilité « , a déclaré Rougerie.

La conception en forme de raie manta a été choisie en raison de sa capacité à résister à la turbulence des tempêtes et d’autres conditions météorologiques difficiles. Bien que la portion visible (hors de l’eau) de la structure ne mesure que 60 mètres de hauteur, la portion immergée plonge jusqu’à 120 mètres sous la surface de l’océan, ce qui aide à garder le tout stable.

La forme inclut également une grande lagune dans le centre de l’installation, lagune dans laquelle des navires de recherche itinérants tels que SeaOrbiters (voir plus bas), également conçu par Rougerie, pourraient être garés, et de chaque côté de ses voies d’accès il y aura un espace pour des fermes d’aquaculture où les scientifiques pourront cultiver et étudier différents élevages d’espèces marines. Les pointes des «ailes» du navire abritera des serres hydroponiques pour la culture de tous les fruits et légumes nécessaires aux habitants.

« Les gens viendront de partout dans le monde. La Cité de Mériens sera une ville internationale régie par les normes des Nations Unies, et destinée aux chercheurs, universitaires et étudiants qui souhaitent explorer et étudier l’océan», dit Rougerie de sa vision de la ville flottante. « La structure révolutionnera le monde des études sous-marines en raison du fait que les gens ont un contact permanent avec l’océan et un accès direct au monde sous-marin, dans le cadre où la ville est complètement sous l’eau. »

Le tout est conçu pour pratiquer un développement durable à 100 % et être complètement autonome. Ceci impliquerait donc l’utilisation d’énergie marine renouvelable et aucun déversement de quelque déchet que ce soit. Jusqu’à présent, la Cité de Mériens n’est encore qu’un projet conceptuel, mais Rougerie veut qu’elle soit construite et prête à se déplacer pour les chercheurs d’ici 2050. Cela peut sembler très ambitieux, et ça l’est sans doute, mais l’architecte amoureux de la mer a déjà commencé la construction de son laboratoire flottant révolutionnaire, le SeaOrbiter. Comme présenté dans la vidéo ci-dessous, une fois terminé, le SeaOrbiter aura 12 étages, dont six seront sous la surface de la mer, et coûtera 50 millions $ à construire. Le premier devrait être opérationnel d’ici 2016.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *