Advertisements

La NASA nous a titillé la semaine dernière avec la promesse d’une grande découverte scientifique au sujet de notre voisine planétaire, Mars. Aujourd’hui, elle a dévoilé les détails d’une découverte passionnante. Non, il ne s’agit de la présence de petits bonhommes verts trottant sur la surface de la Planète Rouge. En utilisant les données recueillies par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), les scientifiques ont détecté des preuves que de l’eau salée coule sur la surface de Mars. L’eau est l’un des ingrédients essentiels pour la vie comme nous la connaissons. Nous savons depuis un certain temps que Mars a de la glace à ses pôles, et plus tôt cette année, le véhicule spatiale Curiosity détecté la possible présence d’eau salée sous la surface, mais la découverte présentée aujourd’hui est la première preuve que de l’eau liquide a coulé sur la surface de Mars.

Pendant les saisons chaudes, les températures sur Mars peuvent atteindre environ 250 à 300 Kelvins (-23 à 27 degrés Celsius) et pour que l’eau liquide puisse exister (même temporairement) sur la surface de Mars, elle devait contenir un peu de sel. Les deux études isolées et in situ ont démontré que divers sels, tels que des perchlorates, des sulfates et des chlorures sont présents sur la surface de Mars. Ces sels peuvent significativement diminuer le point de congélation et le taux d’évaporation de l’eau et permettre l’absorption de l’humidité de l’atmosphère marsienne.

De minces ravins, des rayures sombres comme rampante sur les côtés de cratères ont été repérés par MRO dans les latitudes moyennes et basses sur la planète rouge. Des images haute résolution de la caméra HiRISE de MRO démontrent que ces traces de coulées liquides ont généralement moins de 5 mètres (16 pieds) de large, apparaissent sur les pentes pendant les mois les plus chauds, progressent et disparaissent finalement pendant les mois les plus froids. Ce type de traces a été observé à quatre endroits différents. Les données recueillies ont montré des preuves de la présence de trois sels hydratés différents : le perchlorate de magnésium et les chlorates de magnésium et de sodium. Le fait que le perchlorate soit présent aux quatre sites indique que l’eau salée (saumure) est responsables de ces petits ravins.

Les scientifiques savent donc maintenant que de l’eau salée coule le long des cratères en laissant des traces visibles, mais d’où vient cette eau? Il y a différentes possibilités mais les chercheurs ne sont pas encore en mesure d’identifier la ou les causes de cette présence surprenante. L’eau pourrait se former par la fonte de la glace de surface ou souterraine, mais la probabilité de glace près de la surface autour de la région équatoriale de la planète est faible. Une autre possibilité est la crue saisonnière d’un réseau souterrain local. Aussi peu probable.

Comme les sels peuvent absorber l’humidité de l’atmosphère par un processus connu sous le nom déliquescence, il pourrait y avoir formation d’eau liquide. Plus probable.
Ici, sur la Terre, dans le désert d’Atacama, nous savons que la déliquescence de certains sels offre le seul refuge connu pour des communautés microbiennes actives. Si ces petits ravins sont le résultat de la déliquescence des sels de perchlorate, ils pourraient avoir des implications majeures dans l’étude de l’astrobiologie, science étudiant la vie extra-terrestre. En effet, la présence d’eau liquide ailleurs que sur la Terre ouvre la porte à la vie extra-terrestre. À suivre!

Voyez la vidéo présentée par le réseau CNBC!

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *