Advertisements

Selon une étude menée par une équipe de la Faculté de médecine, du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval et de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), il y aurait aujourd’hui près de 40% des parents qui hésitent à faire vacciner leur enfant.

«L’hésitation à la vaccination est une attitude qui consiste à entretenir des doutes par rapport aux vaccins ou encore à reporter ou à refuser, pour soi-même ou pour ses enfants, un ou plusieurs des vaccins offerts à la population», explique la responsable de l’étude, Ève Dubé, professeure associée à la Faculté de médecine et chercheuse au CHU de Québec-Université Laval et à l’INSPQ. «Comme ce phénomène peut conduire à une réduction de la couverture vaccinale, il est important de mieux en comprendre les causes.»

Même si 40% des parents hésitent toujours à faire vacciner leurs enfants,  les données indiquent que 58% d’entre eux finissent tout de même par les faire vacciner. Malgré tout, il semble que la question de la vaccination sème de plus en plus de confusion dans la population,  notamment en raison des antivaccinalistes qui font circuler beaucoup d’information sur le web.

Il est important de rappeler que la vaccination est une méthode efficace pour prévenir la propagation des maladies infectieuses et sauver des vies.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *