Des traces de ractopamine, un médicament qui favorise la croissance des muscles des cochons, ont été trouvées dans du porc qui provient de l’usine Olymel de Vallée-Jonction, au Québec.

Le supplément autorisé en Amérique du Nord n’est pas toléré par l’Union européenne, la Russie et la Chine, qui refusent d’acheter de la viande d’animaux qui en ont consommé. Pour cette raison, les éleveurs de porcs canadiens ont banni le supplément de leurs porcheries.

Bien que le médicament ne représente aucun danger pour la santé humaine, ce type d’erreur est inhabituel, d’autant plus que la ractopamine nécessite une ordonnance vétérinaire qui devrait réduire de tels incidents.

« Ça ne devrait jamais arriver », a révélé à La Presse David Boissonneault, président des Éleveurs de porcs du Québec. Ne pouvant pas confirmer la source du problème, il avance la théorie d’un mélange du médicament dans la moulée.

À lire également: 50% des gens font cette grosse erreur en cuisinant leur porc!

Après qu’une cargaison de pieds de porc provenant du Canada renfermait des traces du médicament, l’ambassade du Canada en Chine a mis la puce à l’oreille de L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) par rapport aux traces de ractopamine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *