Advertisements

Une théorie émergente suggère que les crises de migraine pourraient être la réponse auto-protectrice du cerveau au stress oxydatif, qui est un processus cellulaire lié au vieillissement et à la susceptibilité accrue à la maladie.

Les récents sondages supposent que les personnes qui subissent des migraines risquent d’abuser des médicaments qu’ils consomment pourtant pour vaincre ces attaques.

Il n’y a actuellement aucun remède pour la migraine, et aucun consensus concernant ses causes. Or, le Dr Jonathan M. Borkum, chercheur à l’Université du Maine à Orono, propose une nouvelle théorie selon laquelle les attaques de migraine pourraient faire partie du mécanisme d’auto-défense du cerveau contre le stress oxydatif.

Le stress oxydatif se produit quand le système est incapable de contrebalancer efficacement l’impact des molécules réactives contenant de l’oxygène, connues sous le nom de «espèces réactives de l’oxygène». Cela entraîne des symptômes de vieillissement biologique et une susceptibilité accrue au déclin fonctionnel.

Dans la revue Headache, Dr Borkum détaille sa nouvelle approche de la migraine. « Le stress oxydatif est un signal utile d’un danger imminent parce qu’un certain nombre de conditions défavorables dans le cerveau peuvent y donner lieu », explique le Dr Borkum. Conséquemment, il suggère que les traitements qui ciblent le stress oxydatif pourraient être plus efficaces dans la prévention des crises de migraine. 

À lire également : Trois conseils qu’il FAUT suivre pour en finir avec les migraines

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *