Si l’on se fie à l’activité de la grippe en Australie et dans l’hémisphère Sud, le Canada et l’Amérique du Nord pourraient être aux prises avec une mauvaise saison de la grippe dans les mois à venir.

L’Australie, Hong Kong et d’autres endroits de l’hémisphère sud ont subi l’une de leurs pires saisons de grippe. Les professionnels de la santé gardent donc un œil sur la grippe qui sévit dans l’hémisphère sud. Ce qui se produit là-bas prépare le terrain pour prédire quels virus pourront causer des ravages au moment où ils atteindront le nord.

«L’aspect clé de la grippe est qu’elle est imprévisible, mais quelques flèches pointent dans la direction que cela peut être un peu plus sur le côté brutal pour les saisons de la grippe», a déclaré à Global News le docteur Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses tropicales au Toronto General Hospital et à l’Université de Toronto.

« Il y avait plus de cas de grippe documentés en Australie par rapport à l’année dernière et l’année d’avant, plus d’hospitalisations liées à la grippe et plus de décès », a ajouté Bogoch.

Cette année, les responsables de la santé publique se préparent à trois souches majeures basées sur le virus H1N1 (nommé A/Michigan/45/2015), le virus H3N2 (connu comme A/Singapore/INFIHM-16-0019/2016) et une souche B (B/Phuket/3073/2013). Cela pose problème, car le vaccin de cette année ne correspond pas exactement au H3N2 et au B.

Cependant, des chercheurs en Australie suggèrent qu’il y aura un chevauchement entre les souches circulantes et le vaccin, ce qui signifie que l’obtention du vaccin pourrait encore améliorer vos chances de rester en sécurité. Et même si le vaccin est inadéquat, les personnes qui reçoivent le vaccin contre la grippe ont généralement des symptômes plus légers si elles contractent la grippe.

Cette année, le virus de la grippe devrait faire son apparition d’ici novembre et, d’ici janvier, une reprise de la maladie devrait toucher le pays et persister pendant environ quatre semaines avant qu’elle ne s’éteigne, a mentionné le Dr Gerald Evans, professeur à l’Université Queen’s et chef des maladies infectieuses à l’Hôpital général de Kingston. 

À lire également : Les pharmaciens vous supplient de ne pas toucher à ces 2 objets si vous voulez éviter la grippe 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *