Le États-Unis et le Canada (incluant le Québec) sont victimes d’une hausse spectaculaire des cas de myélite flasque aiguë, une maladie virale qui cause la paralysie et qui touche surtout les enfants. Selon la Dre Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue du CHU Sainte-Justine, les symptômes peuvent au départ être confondus avec ceux de la grippe et d’autres virus. 

Jusqu’à présent en 2018, une quarantaine de cas de « myélite flasque aiguë » (MFA) ont été rapportés à l’Agence de la santé publique du Canada. Il s’agit d’une hausse de cas signalés par rapport aux années précédentes. Au Québec, l’Hôpital de Montréal pour enfants a déjà traité cinq cas cette année. Le CHU Sainte-Justine en a quant à lui traité deux. Aux États-Unis, 155 cas ont été rapportés depuis janvier, dont 62 ont été confirmés. Les médecins ne s’expliquent pas à quoi est attribuable cette hausse.

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, la myélite flasque aiguë consiste est « l’apparition brutale d’une faiblesse musculaire d’un ou de plusieurs membres résultant d’une inflammation de la moelle épinière, responsable de la transmission des messages en provenance et en direction du cerveau. Cette faiblesse musculaire peut être causée par une maladie auto-immune ou par une exposition à des toxines environnementales. Elle peut aussi être attribuable à une infection par divers virus, entre autres des entérovirus (dont le D68 et le 71) et le virus du Nil occidental ».

Si parfois, l’origine de la maladie demeure inconnue, une chose est certaine : les enfants d’âge préscolaire sont particulièrement touchés. Par ailleurs, la transmission se fait principalement par la voie fécale-orale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *