Advertisements

Les photos qui vont suivre n’ont pas été retouchées, promis. Ces couleurs sont réellement associées à des espèces ou individus du monde animal et nous prouvent une fois de plus à quel point Mère  Nature peut être surprenante. Qu’ils soient noirs, roses, jaunes, ou bleus, ces animaux sont étrangement colorés, mais bien réels, et illustrent parfaitement toute la palette de couleurs disponibles à la surface de notre planète Terre.  Certains de ces animaux ont développé ces couleurs au cours de leur évolution alors que d’autres résultent d’erreurs génétiques qui sont parfois très désavantageuses pour leur survie.  

Ayam Cemani

Ce coq appartient à une race de poulet indonésienne  très rare, très chère et très récente. La principale particularité de ce coq est qu’il est complètement noir, de la tête aux pattes.  Même sa viande et ses os sont de la couleur de l’ébène.

Grenouille Radaka (Hoplobatrachus tigerinus)

Escargot  janthine (Janthina janthina)

L’albinisme est une particularité génétique héréditaire qui touche les mammifères, les oiseaux, les poissons, les amphibiens et les reptiles. L,animal albinos se caractérise donc par un déficit de production de mélanine (pigment coloré de différentes parties du corps) pouvant aller jusqu’à l’absence totale dans l’iris et les téguments (épiderme, poils et cheveux, plumes), malgré la présence normale de cellules pigmentaires.

Écureuil albinos

Paon albinos

Certains animaux peuvent être affectés de gynandromorphisme. Cet erreur au niveau du développement de l’embryon donne naissance à un animal qui affiche les caractéristiques mâles d’un côté de son corps et femelles de l’autre côté. Cette situation ne doit pas être confondue avec l’hermaphrodisme.

Perruche gynandromorphique

Homard gynandromorphique

Cardinal gynandromorphique

Mante orchidée (Hymenopus coronatus)

Cette mante rose est originaire de la forêt tropicale de Malaisie. Imitant une orchidée, son aspect de fleur attire plusieurs insectes dont elle se nourrit.  

Sauterelle verte (Amblycorypha oblongifolia)

Cette sauterelle rose est en fait une sauterelle verte. Une mutation affectant sa couleur la rend plus vulnérable car avec cette couleur, elle perd son camouflage naturel et devient une proie facile à repérer pour ces prédateurs.

Fourmi de velours (Mutillidae)

On les appelle « fourmis de velours » en raison de leur apparence intermédiaire entre les fourmis et les guêpes. En fait, malgré leur surnom, elles ne sont pas des fourmis mais plutôt des guêpes sans ailes.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *