Advertisements

Frankie, un berger allemand, entrainé pour détecter certaines odeurs et a été en mesure de reconnaître des personnes atteintes du cancer de la thyroïde avec un taux d’exactitude de 88 pour cent, un taux légèrement moins précis que la méthode de détection généralement pratiqué de biopsie. Donald Bodenner, MD, Ph.D., de l’Université de l’Arkansas pour les Sciences Médicales (UAMS), et son collègue Arny Ferrando, PhD, ont réussi à former un berger allemand, Frankie, à reconnaître l’odeur du cancer dans les tissus de la thyroïde. Ils ont affirmé Frankie était le premier chien capable de «différencier la présence de maladie bénigne de la thyroïde  comparativement à la présence d’un cancer de la thyroïde, et ce, uniquement en sentant l’urine d’une personne  ». Pour le mettre à l’épreuve, les médecins ont présenté des échantillons d’urine de 34 patients lors de leur première visite à la clinique de la thyroïde de l’université. Pour ces patients, des biopsies étaient prévues pour détecter ou diagnostiquer la présence de pathologie au niveau des nodules thyroïdiens. Suite aux résultats obtenus par la biopsie pour chacun des patients, il s’est avéré que 15 patients étaient atteints d’un cancer de la glande et les 19 autres souffraient de maladie bénigne.  Les échantillons d’urine des 34 patients ont donc été présentés à Frankie pour un test de « sniff ». Frankie renifla chaque échantillon un par un et il se couchait pour indiquer qu’il avait détecté le cancer et se détournait simplement pour indiquer un échantillon bénin. Ni Frankie ou son entraîneur n’étaient au courant des échantillons positifs ou même du nombre d’échantillons positifs.

Frankie, le chien détecteur de cancer

En annalysant les résultats du test de « sniff » de Frankie, les médecins ont constaté que le chien avait évalué correctement 30 des 34 échantillons d’urine. Frankie avait correctement identifié près de 87 pour cent des cancers de la thyroïde et 89,5 pour cent des échantillons bénins. Dans l’ensemble, le taux d’exactitude du chien se situe à 88,2 pour cent, soit  légèrement inférieur au taux reconnu pour la biopsie. Les chiens ont au moins 10 fois plus de récepteurs de l’odorat que les humains. Les chercheurs de l’équipe croient que Frankie peut avoir encore plus de récepteurs que la moyenne. « Les procédures de diagnostic actuelles pour le cancer de la thyroïde donnent souvent des résultats incertains, menant à des procédures médicales récurrentes et un grand nombre de chirurgies de la thyroïde effectuées inutilement, comme la biopsie » a expliqué le Dr Bodenner. « Des chiens entrainés comme Frankie pourraient être utilisés par les médecins pour détecter la présence de cancer de la thyroïde à un stade précoce et éviter une chirurgie le cas échéant. » Dr Jason Wexler, un endocrinologue à Washington, DC, est d’accord: « Il y a beaucoup de patients qui sont réticents à subir une biopsie donc je pense que si on pouvait concevoir une technique non-invasive ( sans chirurgie), l’intérêt serait sûrement très grand. » Dr Wexler a ajouté que la méthode de détection canine a un potentiel élevé dans les zones du monde qui ne peuvent avoir accès à des techniques de biopsie. Même les médecins et les chercheurs sur le cancer qui se méfient de la fiabilité et la faisabilité de l’utilisation généralisée de cette méthode de détection des cancers sont excités à propos de la recherche. Dr. Emma Smith qui travaille pour Cancer Research UK, par exemple, estime que les tests de laboratoire peuvent aider à mieux comprendre comment fonctionne l’odorat des chiens et elle croit que cette recherche pourrait contribuer au développement de « nez électroniques » qui permettront la détection des cancers ou autres maladies de façon non-invasive et fiable.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *