Advertisements

Les petites granules utilisées dans les emballages sont souvent très amusantes pour les enfants mais quand vient le temps de s’en débarrasser, c’est l’enfer! Les granules d’emballage sont terribles. Environ 1,5 millions de tonnes de ce polystyrène expansé (EPS), matériaux de rembourrage, sont produites chaque année dans le monde, et seulement environ 10 pour cent finit par être recyclé. Une fois à la décharge ou au dépotoir, ces petites granules peuvent prendre plusieurs centaines d’années à se décomposer. L’ampleur du problème est tel  que les granules d’emballage, les gobelets de polystyrène et les contenants à emporter seront interdits à New York, à compter du 1er Juillet. Cependant, des chercheurs de l’Université Purdue aux Etats-Unis ont compris comment recycler les tonnes et des tonnes et des tonnes de granules qui ont fini aux ordures. Ils ont trouvé un moyen de les transformer en composantes pour piles super-efficaces. Pour faire fonctionner une pile, vous devez avoir deux types d’électrodes, une anode et une cathode. Les anodes contiennent un liquide appelé électrolyte, qui conserve les ions de lithium aussi longtemps que la pile est utilisable. À l’heure actuelle, la plupart des piles au  lithium contiennent des anodes en graphite, mais l’équipe a découvert qu’en chauffant les granules à des températures entre 500 et 900 degrés Celsius, ils peuvent produire des feuilles super-minces de nanoparticules de carbone qui peuvent être utilisées pour constituer  l’anode parfaite. Quand nous disons «parfaite», nous entendons « mieux que ce qui est actuellement sur le marché ». L’équipe présentera à la réunion de l’American Chemical Society & Exposition aux États-Unis cette semaine leurs nouvelles anodes capable de se recharger plus rapidement et offrir une plus grande « capacité spécifique » que les autres anodes en graphite disponibles sur le marché. Elles sont également environ 10 fois plus minces que les anodes régulières. «Le processus est peu coûteux, respectueux de l’environnement et potentiellement applicable à une fabrication à grande échelle, » affirme Vinodkumar Etacheri, membre de l’équipe de recherche. « Des analyses microscopiques et spectroscopiques ont prouvé que les microstructures et morphologies responsables des performances électrochimiques supérieures sont conservées après de nombreux cycles de charge-décharge. »  Lors du contrôle dans leur laboratoire, les anodes d’arachide cadencés d’une capacité de 420 mAh / g (milliampères heures par gramme), qui est supérieure à la limite théorique de graphite, qui est 372 mAh / g. Les travaux futurs comprendront des mesures pour améliorer potentiellement la performance en augmentant la surface et la taille des micropores pour améliorer la performance électrochimique. » Bon débarras!

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *