La semaine dernière, les habitants d’une ville norvégienne se sont réveillés en présence d’un phénomène plutôt inhabituel : des milliers de vers de terre jonchaient le sol, semblant être tombés du ciel… et ils n’étaient pas morts! «Quand je les ai trouvés sur la neige ils semblaient être morts, mais quand je les ai mis dans ma main, j’ai réalisé qu’ils étaient bel et bien vivants », a dit professeur de biologie Karstein Erstad. « J’ai tout d’abord cru qu’ils pouvaient provenir du sol mais j’ai vite réalisé qu’en de nombreux endroits, l’épaisseur de la neige se situait entre un demi-mètre et 1 mètre. Ils auraient des problèmes à ramper dans la neige froide. « C’était près de la ville de Bergen, sur la côte ouest de la Norvège. Suite aux déclarations de monsieur Erstad diffusées aux nouvelles locales, d’autres villes ont déclaré avoir observé le même phénomène, soit les villes voisines de Lindås et Suldal, et aussi loin à l’est qu’au lac Femunden, sur la frontière suédoise. Bien que personne n’ait affirmé avoir vu les vers tomber du ciel, les experts affirment qu’ils ne peuvent provenir du sol et avoir traversé l’épaisseur de neige. De plus la grande quantité de vers retrouvés et la distance couverte par cette « ondée» amènent ces experts à soutenir la thèse d’une averse de vers. Comment cela peut-il se produire? L’hypothèse la plus probable est que les vers de terre auraient effectué un vol aérien en étant emportés par des vents ascendants de forte intensité, peut-être même une petite tornade. Les vers peuvent avoir été soulevés en très haute atmosphère. Ils ont ensuite été déposés sur la glace, loin de leur site de repos original.  Donc, de tels vents peuvent ramasser des créatures vivant hors de l’eau ou même dans l’eau et de les transporter à plusieurs kilomètres plus loin. C’est l’explication la plus plausible selon Liz Bentley, chef de la direction de la Société Royale Britannique de Météorologie. Erstad affirme que ce phénomène, bien que très rare, n’est pas unique. Un évènement semblable, impliquant aussi des vers de terre, aurait été rapporté en 1920, aussi en Norvège. Même que d’autres animaux auraient déjà été impliqués dans des averses animales. Le 17 mai 1996, plus d’une vingtaine de poissons seraient tombés du ciel à Hatfield en Angleterre et durant un violent orage le 21 mai 1921, on rapporte la chute de plusieurs milliers de grenouilles sur Gibraltar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *