Advertisements

Au cours de ses 25 années de loyaux services, le télescope spatial Hubble a capturé des moments uniques et spectaculaires de l’univers et a procuré aux astronautes une multitude de données menant vers d’étonnantes découvertes. De tous les phénomènes astronomiques observés par Hubble, l’un des plus impressionnants est la mort de l’étoile V838 Moncerotis. La longévité de Hubble a fourni aux astronomes une série d’images détaillées de V838 Moncerotis capturées entre mai 2002 et Septembre 2006: le résultat est un « accéléré »  (time-lapse) fascinant qui présente  l’évolution unique de cette étoile super-géante. L’exceptionnelle précision des images de V838 Moncerotis fournies par Hubble a procuré la chance d’avoir, pour les astrophysiciens, des informations privilégiées  pour étudier la physique de la lumière, la matière et la poussière microscopique du milieu interstellaire produite lors de la mort lente de l’étoile. V838 Moncerotis se situe à environ 20 000 années-lumière de la Terre, dans la direction de la constellation de la Licorne, soit juste en bordure de notre galaxie, la Voie Lactée. En 2002 l’étoile a produit un éclat de lumière énigmatique et spectaculaire pour devenir l’une des étoiles les plus lumineuses de la galaxie. Ce flash stellaire a déployé un rayonnement environ 600 000 fois plus puissant que celui de notre Soleil. Les images de Hubble prises au cours des années suivantes révèlent l’éclat de lumière éclairant les couches de poussière et de gaz entourant l’étoile. Au premier coup d’oeil, l’anneau de couleur suggère que nous assistons à l’expansion progressive de la couche externe éjectée de l’étoile qui explose, mais en fait, ce sont des « échos lumineux » extraordinaires. Comme la lumière du puissant flash se propage vers l’extérieur à 300 000 kilomètres par seconde, elle se déplace au travers des anneaux successifs de poussière qui entourent l’étoile. Une partie de cette lumière est diffusée par les particules de poussière d’une taille microscopique dans le nuage ​​de poussière puis réfléchie vers le télescope et la Terre. La lumière diffusée parcourt une distance supérieure à la lumière provenant directement du flash d’origine, et est donc perçue plus tard (voir image ci-dessous). L’écho lumineux est donc une situation semblable à l’écho sonore généré lorsque le son répercute sur les flancs de montagnes environnantes mais appliquée à la lumière. L’écho de lumière découverte par Hubble révèle des couches successives de matière et de poussière couvrant plusieurs années-lumière de diamètre. Les dernières images de cet accéléré de 2005 et 2006 montrent un objet de près de six années-lumière de diamètre, et révèlent la structure turbulente et complexe du milieu interstellaire. Toutes ces images nettes ont été prises avec l’Advanced Camera for Surveys (ACS), qui venait juste d’être installée sur Hubble lors d’une mission de service en Mars 2002. Les images révèlent les vraies couleurs en combinant les données obtenues suite à l’utilisation de plusieurs filtres pour isoler la lumière bleue, verte et infrarouge . La cause de ce puissant flash de lumière reste mystérieuse et sujet de débat. Une première hypothèse est que V838 Moncerotis évolue et que ses couches externes s’élargissent pour engloutir une ou plusieurs planètes géantes de gaz invisibles en orbite autour de l’étoile. La libération de l’énergie gravitationnelle des planètes pourrait alors entraîner un éclat de lumière. Par contre, il est loin d’être certain que cette quantité d’énergie soit suffisante pour expliquer l’ampleur du flash lumineux. La théorie qui suscite le plus d’attention est celle où une étoile de faible masse, environ le tiers de la masse du Soleil, serait entrée en collision et aurait fusionné avec V838 Moncerotis. L’espace entre les étoiles étant énorme par rapport au diamètre d’une étoile, ces collisions stellaires sont très rares. Toutefois, si deux étoiles sont nées ensemble, elles seront en orbite une autour de l’autre, et le compagnon de plus faible masse peut éventuellement être aspiré par l’étoile plus massive. Le résultat serait une énorme explosion d’énergie. Perçu par un simple observateur comme un simple grain brillant dans le ciel, les échos de V838 Moncerotis sont surveillés par les astronomes des télescopes spatiaux. V838 Moncerotis continue à nous en révéler davantage sur la structure des étoiles, la nature des couches de dispersion de poussières dans le milieu interstellaire, et la vie, puis la mort, des étoiles les plus massives.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *