Le 17 juin dernier, la galaxie lointaine la plus lumineuse jamais observée dans l’Univers a été baptisée du nom de CR7, en partie pour rendre hommage au célèbre footballeur portugais, Cristiano Ronaldo. En effet, des astronomes de l’ESO (European Southern Observatory) ont identifié une galaxie 3 fois plus lumineuse que celle d’Himiko, la galaxie lointaine considérée jusque-là comme le plus brillante jamais répertoriée. Mais si l’équipe de chercheurs s’est amusée à nommer CR7 la nouvelle galaxie en hommage à leur joueur de foot favori, cette notation constitue surtout une forme abrégée de l’appellation COSMOS Redshift 7 se référant à la fois à la place qu’occupe cette galaxie sur l’échelle du temps cosmique et à son âge. « Plus le redshift, ou décalage vers le rouge, est élevé, plus la galaxie est distante et plus l’on remonte loin dans l’histoire de l’Univers », précise l’ESO. A titre d’exemple, l’une des galaxies les plus âgées connues à ce jour se nomme A1689-zD1 et est caractérisée par un redshift de 7,5. Cette découverte vient appuyer l’existence des étoiles de population III (image ci-dessus). Ces astres, constitués exclusivement d’éléments légers tels que l’hydrogène, l’hélium et potentiellement le lithium, seraient les premières étoiles formées au commencement de l’Univers. Ce type d’étoiles aurait donc commencé à se former environ 400 millions d’années après le Big Bang, soit il y a 13,4 milliards d’années. Ces résultats ont été obtenus grâce à des d’observations du télescope VLT (Very Large Telescope), situé dans le désert d’Atacama au nord du Chili. « Cette découverte a surpassé toutes nos attentes initiales”, s’est enthousiasmé Davis Sobral, de l’Institut d’Astrophysique et des Sciences Spatiales à Lisbonne, au Portugal, pays d’origine du célèbre footballeur. « C’est en découvrant petit à petit la nature de CR7 que nous avons compris que nous n’avions pas seulement trouvé la galaxie lointaine la plus lumineuse de l’univers, mais nous avons aussi commencé à réaliser que celle-ci avait toutes les caractéristiques des étoiles de population III », a poursuivi Sobral. Au sein de la galaxie, les chercheurs ont observé différents types d’étoiles : certaines sont apparues bleues, d’autres plus rouges. Cela suggère qu’elles se seraient formées par vagues successives comme les théories l’avancent. Ces étoiles ont créé les tous premiers atomes lourds dont nous sommes aujourd’hui constitués. Prochaine mission pour le VLT : confirmer que ces étoiles sont bien des étoiles de population III, et en trouver d’autres.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *