Advertisements

Quel âge avez-vous ? Votre date de naissance est sûrement votre meilleur indice pour évaluer l’âge de votre corps. Cependant, l’âge « biologique » de ce dernier pourrait être différent. Si votre naissance remonte à 40 ans, votre corps possède-t-il réellement les caractéristiques et le métabolisme associés à cet âge? Des chercheurs du King’s College de Londres ont mis au point un test sanguin qui permet de déterminer votre « âge biologique » autrement dit la vitesse à laquelle vous vieillissez. Une information qui est loin d’être futile, surtout si votre « âge biologique » est plus avancé que l’âge inscrit sur votre permis de conduire. En effet, selon les auteurs de l’étude, publiée dans la revue Genome Biology, ce test permettrait de repérer à l’avance les personnes qui sont plus susceptibles de développer, par exemple, la maladie d’Alzheimer, mais aussi d’autres maladies neuro-dégénératives.

Pour mettre au point ce test sanguin, les chercheurs ont commencé par analyser près de 54 000 marqueurs génétiques chez des sujets suédois âgés de 25 à 65 ans. Ils ont ainsi identifié 150 marqueurs qui sont associés à une bonne santé à 65 ans et qui jouent un rôle dans la manière dont notre corps vieillit. Parmi 700 hommes suédois âgés de 70 ans, ils ont pu déterminer grâce à ces marqueurs quels étaient ceux qui avaient un « âge biologique » proche de leur « âge chronologique ». Une différence de plus de 15 années a même été observée chez certaines personnes! Les sujets qui présentent une différence aussi nette ont plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer. De plus, les chercheurs ont également déterminé ceux qui avaient 45 % de probabilité de mourir dans les 20 prochaines années à venir.

« Notre test fournit ainsi la première forte signature moléculaire de l’âge biologique chez l’homme et devrait être en mesure de transformer la façon dont l’âge est utilisé pour prendre des décisions médicales, affirme James A. Timmons, co-auteur de l’étude. Nous devons maintenant en savoir plus sur la raison pour laquelle ces grandes différences de vieillissement se produisent, avec l’espoir que le test pourrait être utilisé pour réduire le risque de développer des maladies liées à l’âge. »

Ce type de tests peut présenter de nombreux autres avantages pour le patient. Par exemple, en prédisant s’il va vieillir plus vite qu’un autre, de meilleurs suivis médicaux pourraient être envisagés, comme des dépistages de certains cancers plus tôt que ce qui est prévu par les campagnes nationales, ou l’évaluation du risque d’être atteint de démence ou de déclin cognitif lié à l’âge (ce qui permet d’avoir le temps de mettre en place une prise en charge adaptée), etc. Autre avantage : les dons d’organes sont aujourd’hui conditionnés par l’âge chronologique du donneur. Or, une évaluation plus objective de l’âge réel du corps et donc de ses organes éviterait de refuser des candidats au don évalués en bonne santé.

Il permettrait de déterminer ceux qui ont le plus de probabilité de mourir dans les années à venir… Une invention qui a de quoi faire froid dans le dos …

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *