Un effort de 10 ans pour identifier les gènes responsables du vieillissement a conduit les chercheurs à identifier 238 gènes spécifiques. Lorsque ces gènes sont extraits du génome de certaines levures, la durée de vie de celles-ci a augmenté considérablement.

Si les résultats de cette modification génétique pouvaient être reproduits chez l’humain, ce qui est une possibilité puisque la plupart des gènes et des mécanismes génétiques impliqués chez les levures se retrouvent également dans les formes de vie supérieures, nous pourrions être en mesure d’accroître sérieusement la durée de vie humaine en désactivant le processus de vieillissement. Les chercheurs ont constaté que la durée de vie de la levure pourrait être prolongé de plus de 60 pour cent dans certaines circonstances.

«Cette étude se penche sur le vieillissement dans un contexte impliquant l’ensemble du génome et nous donne une image plus complète de ce peut être le vieillissement», a déclaré Brian Kennedy, président et chef de la direction de l’Institut Buck pour la recherche sur le vieillissement aux États-Unis et auteur principal de l’étude. « Il met également en place un cadre pour définir l’ensemble du réseau qui influence le vieillissement dans cet organisme. »

Ensemble, avec des chercheurs de l’Université de Washington, l’Institut Buck a testé laborieusement le développement de quelques 4 698 souches de levure différentes, chacune modifiée par la suppression d’un seul gène. Le processus s’est avéré très délicat et très long mais il donné des résultats très impressionnants. Les chercheurs ont identifié 238 gènes responsables du vieillissement chez la levure et lorsqu’ils sont retirés individuellement, ils prolongent la durée de vie de la souche. Alors que les scientifiques savaient déjà qu’une minorité parmi ces gènes influençait le vieillissement, il est apparu pour la première fois que 189 des autres étaient liés à des processus du vieillissement, nous procurant ainsi la perspective la plus complète à ce jour de ce que les chercheurs appellent les «mécanismes du vieillissement » chez les levures.

Bien que la durée de l’espérance de vie de la levure semble bien loin de la vie humaine, du point de vue génétique, au moins, l’ingrédient qui contribue à faire lever le pain et à fabriquer la bière partage bien plus que seulement certaines choses en commun avec vous et moi. « Près de la moitié des gènes que nous avons identifiés comme participant au processus du vieillissement sont conservées chez les mammifères, » dit Kennedy. « En théorie, chacun de ces facteurs pourraient être des cibles thérapeutiques pour prolonger l’espérance de vie. Ce que nous avons à faire maintenant est de déterminer quels sont ceux qui sont le plus susceptibles d’être manipulés ».

Les applications théoriques pour lutter contre le vieillissement chez les personnes pourrait être énorme, à la condition que les chercheurs puissent en effet comprendre quelles cibles génomique se prêtent à l’altération. Surtout quand on considère l’efficacité de certaines des suppressions de gènes étaient.

Dans le résultat le plus étonnant de l’étude, qui est publiée dans la revue Cell Metabolism, les chercheurs ont constaté que la suppression d’un gène particulier appelé LOS1 a prolongé la durée de vie de la levure de 60 pour cent. LOS1 est impliqué dans le processus de construction des protéines, mais il est également lié à des gènes respectivement impliqués dans la restriction calorique et le contrôle des dommages à l’ADN, deux phénomènes reconnus scientifiquement pour être impliqués directement dans le processus du vieillissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *