Un article récent, publié par Tammy Chang et Anguie Wang (Université du Michigan), et paru dans The Conversation, aborde les résultats d’une étude publiée dans le New England Journal of Medicine au sujet des principaux mythes qui sont véhiculés dans les médias populaires et la littérature scientifique au sujet de l’obésité et de la perte de poids. L’étude en question, Myths, Presumptions, and Facts about Obesity, définit les mythes comme étant des idées qui sont généralement véhiculées, mais qui vont à l’encontre des données scientifiques. En voici quatre!

Mythe 1 : Des petits changements en matière d’alimentation ou d’exercice vont mener à des changements de poids importants, à long terme

Malheureusement, ce n’est pas vrai. Les petits changements ne s’accumulent pas, car physiologiquement, votre corps tente de rester au même poids. En gros, vous ne pourrez pas atteindre vos objectifs si vous prenez simplement une bouchée de moins. Des changements plus importants sont à considérer.

Mythe 2: Fixer des objectifs réalistes lorsque vous tentez de perdre du poids est important parce qu’autrement, vous allez vous sentir frustré, et perdre moins de poids

Selon Chang et Wang, il n’y a pas de données probantes qui montrent que les objectifs ambitieux mènent à la frustration. Il semble plutôt que de plus grands objectifs peuvent mener à de meilleurs résultats.

Mythe 3 : Une perte de poids rapide ne permet pas de maintenir son poids aussi efficacement qu’une perte de poids lente et progressive

Les études montrent pourtant que la perte d’une grande quantité de poids, rapidement au début, est associée à un poids plus faible à long terme. Les données probantes ne suggèrent pas qu’il faut y aller lentement.

Mythe 4 : Avoir une relation sexuelle brûle presque autant de calories que de marcher 1,6 km

Pour une relation sexuelle moyenne (qui durerait autour de six minutes), un homme dans la trentaine brûlerait seulement 20 calories…

Ces mythes perdurent encore aujourd’hui

Chang et Wang ont effectué une étude auprès de 300 personnes pour analyser jusqu’à quel point ces 4 mythes étaient présents chez leurs patients. La grande majorité des personnes sondées y croyait : mythe 1 : 85%, mythe 2 : 94%,  mythe 3 (85%) et mythe 4 (61%). Ils invitent donc les médecins à formuler des avis fondés sur les données probantes pour faciliter la perte de poids chez leurs patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *