Advertisements

En date du 23 juin 2016, 126 cas de virus Zika liés aux voyages et 1 cas contracté par transmission sexuelle ont été signalés au Canada. 

Le virus Zika tire son nom de la forêt de Zika en Ouganda, où il a été identifié pour la première fois en 1947. Ce virus est transmis par la piqûre d’un moustique infecté du genre Aedes. Il se retrouve dans les Amériques depuis 2015 et connaît une expansion géographique importante. 

Les principaux symptômes chez les personnes infectées sont : une éruption cutanée; une rougeur de l’œil; des symptômes généraux, y compris la faiblesse, des maux de tête, le manque d’énergie; des douleurs musculaires ou articulaires de courte durée; possibilité de gonflement articulaire, surtout dans les petites articulations des mains et des pieds; de la fièvre peu élevée (38,5 °C ou moins).

Quoique rare, les complications possibles sont : malformations congénitales chez les bébés dont la mère a été infectée par le virus Zika au cours de sa grossesse et syndrome de Guillain-Barré.

Doit-on s’en inquiéter au Québec?

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) s’est récemment penché sur la question et conclut que le risque d’émergence et de transmission vectorielle du virus Zika à moyen terme est évalué comme étant faible. 

Cependant, des conditions favorables seraient présentes pour craindre l’émergence et la transmission vectorielle du virus Zika à long terme pour les raisons suivantes :

1 – L’humain étant un réservoir du virus, des voyageurs venant de pays endémiques pourraient le transporter au Québec par voie aérienne;

2 – Des populations établies de ce type de moustique ont été documentées dans des États américains limitrophes au Québec;

3 – Le climat du sud du Québec pourrait être favorable à l’introduction du moustique;

4 – Il existe une probabilité d’introduction ponctuelle de spécimens adultes de moustiques vecteurs et du virus Zika dans la province.

Et les voyageurs?

Le gouvernement du Canada soutient que le risque que courent les Canadiens voyageant dans des pays où il y a des cas locaux d’infection à virus Zika est actuellement faible.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *