Advertisements

Imaginez souffrir d’une fatigue si grande que vous n’êtes pas en mesure d’accomplir vos tâches quotidiennes. Imaginez que le sommeil et le repos ne sont pas à même d’inhiber votre sentiment d’exténuation, aussi intense soit-il. Finalement, imaginez souffrir de ce mal pendant 6, 12, voire 24 mois! Horrible, non? Malheureusement, il s’agit de la réalité de milliers de gens victimes d’encéphalomyélite myalgique, mieux connue sous le nom de syndrome de fatigue chronique (EM/SFC).

Si ce problème de santé est connu des chercheurs depuis belle lurette, personne n’a encore été en mesure de comprendre comment se développe, mais surtout comment fonctionne cette maladie. À ce jour, les médecins sont toujours incapables d’identifier ce qui déclenche cette condition, et ils ont toute la misère du monde à la diagnostiquer.

Heureusement pour les gens souffrant de cette horrible maladie, des chercheurs de la Cornell University ont peut-être réussi à identifier les marqueurs biologiques causant l’EM/SFC. Au grand étonnement de la communauté scientifique, ces biomarqueurs se trouvent dans des bactéries intestinales et dans des agents microbiens contenus dans le sang.

Les responsables de l’étude ont validé cette découverte lors de tests en laboratoire, dans lesquels ils ont tenté de démêler (à l’aveugle) 48 personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) et 39 personnes en parfaite santé. Avec de simples échantillons de selles et de sang, les chercheurs ont réussi à déterminer, avec plus de 83% d’exactitude, qui souffrait ou non de fatigue chronique.

« Notre travail démontre que le microbiote intestinal des individus souffrant de fatigue chronique n’est pas normal », assure Maureen Hanson, professeure au Département de biologie moléculaire et de génétique à la Cornell University. « De plus, la détection d’une anomalie biologique apporte enfin une preuve claire qui dément l’hypothèse ridicule voulant que la fatigue chronique soit une maladie aux origines psychologiques », ajoute-t-elle.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *