Le nombre de demandes en services de santé mentale provenant de jeunes personnes se multiplie à une vitesse folle et alarme les experts. L’ampleur de la situation pousse les universités, les entreprises et le gouvernement à modifier leurs plans financiers, révèle une enquête menée par le Toronto Star et l’école de journalisme Ryerson.

Les données recueillies dans l’ensemble du Canada montrent des augmentations phénoménales du nombre de jeunes qui recherchent des services en santé mentale. L’enquête dévoile également que sur 15 universités canadiennes interrogées, 14 ont augmenté leur budget en santé mentale durant les cinq dernières années. L’augmentation moyenne tourne autour de 35%.

Un sondage mené auprès de 25 164 étudiants universitaires de l’Ontario réalisé par l’American College Health Association a montré que, entre 2013 et 2016, il y a eu une augmentation des troubles de l’anxiété de 50%, une augmentation de la dépression de 47% et une augmentation d’abus de substance de 86%. Pire encore, les tentatives de suicide ont augmenté de 47% au cours de cette période.

À lire également: N’ignorez jamais ces 6 symptômes physiques inattendus de la dépression! 

La communauté médicale ne s’entend pas sur la cause derrière cette explosion de demandes en santé mentale, mais s’entend pour dire que le problème est considérable. «Personne ne sait exactement ce qui se passe», rapporte au Toronto Star la Dre Glenda MacQueen, professeure de psychiatrie et vice-doyenne de l’école de médecine de l’Université de Calgary. Elle avance toutefois que les jeunes subissent plus de pression que jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *