Advertisements

Beaucoup de personnes attribuent le fait de manger régulièrement de la malbouffe à de mauvaises habitudes ou à un manque de contrôle de soi. Or, selon une récente recherche, il pourrait s’agir d’une dépendance malsaine.

Dans le numéro de septembre du magazine National Geographic, Nicole Avena (neurologue au Mount Sinai St. Luke’s Hospital à New York) ainsi que d’autres chercheurs ont publié un article intitulé «The Addicted Brain».  Dans cette parution, ils ont partagé leur découverte selon laquelle les gens peuvent devenir accros aux aliments de la même façon que les toxicomanes désirent ardemment leur prochaine solution.

À lire également : Voici les 3 pires aliments ADDICTIFS au monde!  

Même si le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM) ne reconnaît pas la dépendance alimentaire en tant que trouble psychologique, il considère toutefois le gambling (jeux d’argent) comme une dépendance comportementale. Tel que le gambling, la malbouffe génère les mêmes effets sur le système de récompense du cerveau, lequel est censé mener à une dépendance comportementale.

« La dépendance alimentaire peut être difficile à définir car elle n’a pas encore été établie comme condition médicale par la communauté médicale », a mentionné la Dr Avena. « Cependant, les individus qui estiment avoir une dépendance à la nourriture peuvent prendre conscience de certains signes, tels que passer un temps excessif à penser à la nourriture ou à manger, les excès alimentaires, les signes de sevrage lorsqu’ils nient la malbouffe et leurs envies qui peuvent interférer avec leur capacité à remplir les obligations de travail, d’école ou de domicile », a ajouté la neurologue.

Ainsi, la nourriture transformée peut agir au même titre qu’une drogue. « Nous avons constaté que la pizza était la plus addictive, suivie du chocolat, des frites et des biscuits « , a-t-elle déclaré. « En outre, nous avons constaté que les aliments qui avaient une charge glycémique plus élevée, et ceux riches en matières grasses, étaient plus susceptibles d’être addictifs. En ce qui concerne la raison pour laquelle ces aliments sont plus addictifs, cela a trait au fait qu’ils ont une incidence sur le système de récompense du cerveau d’une manière pouvant produire des changements dans le cerveau qui ressemblent à ce que l’on pourrait voir avec une drogue, comme l’alcool ou la nicotine. »

En définitive, il est recommandé de consulter un médecin si l’on pense avoir des comportements alimentaires malsains afin d’obtenir un traitement personnalisé, la dépendance alimentaire étant différente pour chacun.  

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *